Loris poursuit sa course à Jerez après un triste samedi pour la famille du WorldSBK

 In Non classifié(e)

Les résultats ne semblent pas avoir d’importance après la dernière manche du Championnat du monde FIM Superbike, qui s’est tenue sur le circuit de Jerez, dans le sud de l’Espagne, après que la famille du WorldSBK ait perdu l’une de ses jeunes étoiles prometteuses lors de la course d’ouverture du WorldSSP300, samedi après-midi.

Toutes les activités sur et hors piste ont été annulées suite à la mort du doyen Berta Viñales, avec un programme révisé signifiant deux courses Superbike complètes pour Loris Cresson plus tôt dans la journée.

Un début de week-end positif a été gâché par les événements tragiques de samedi, laissant Loris se demander s’il allait même monter sur la grille.

Finalement, il l’a fait. Il s’est classé P17 dans les vingt premiers tours de la course d’aujourd’hui. Il a glissé d’un possible pointage dans la course 2.

La série se déplace à Portimao au Portugal pour la dernière course européenne de l’année le week-end prochain, avant les deux derniers événements outre-mer en Argentine et en Indonésie.

Loris Cresson:
“Sur le plan sportif, le week-end a très bien commencé. Les qualifications se sont bien passées et j’étais heureux. Malheureusement, dans une course précédente, nous avons perdu un jeune pilote le samedi avant ma première course, et je ne savais vraiment pas quoi penser. Devions-nous courir ou pas ? Est-ce que je voulais courir ou pas ? Je ne savais toujours pas quoi faire le dimanche matin, mais la famille voulait que nous courions, et je suis sûr que Dean aurait voulu que nous courions. J’ai pris un bon départ dans les deux courses et après un petit contact avec un autre coureur dans la course 1, j’ai terminé dix-septième. Dans la Course 2, je courais bien mais j’ai chuté après quatre tours. Nous avons fait quelques changements, mais la température était plus élevée, et je suis désolé pour tout le monde que nous n’ayons pas pu terminer la course. Je pense beaucoup à Isaac (Viñales), et à toute la famille de Dean, ses amis, ses proches et son équipe. Ce qui s’est passé est terrible et cela vous fait beaucoup réfléchir. Il n’avait que quinze ans. Mais comme Queen le chantait, ‘the show must go on’, et je suis sûr que Dean le voudrait aussi. Mais nous ne l’oublierons jamais. Je vais prendre quelques jours pour tout remettre à zéro pour Portimao le week-end prochain.”